Les violences économiques, l’autre facette des violences conjugales

Elsa Gambin, Toutes nos autrices

Les violences physiques, sexuelles et psychologiques s’accompagnent souvent d’un quatrième type de sévices.

«L’argent, c’était la boîte noire. Je n’avais aucune idée des montants se trouvant sur notre compte, aucun accès.» Ainsi parle Marie*, 40 ans, dix ans de vie commune avec un homme qui lui a fait subir de nombreuses violences.

La suite de l’article d’Elsa Gambin est à lire sur Slate.

« On va avoir des mortes et tout le monde s’en moque » la crise du coronavirus fragilise davantage les travailleur·se·s du sexe

Elodie Hervé, Toutes nos autrices

Dans la rue, comme sur les applis les TDS ne peuvent plus travailler. Entre débrouilles et entraides, elles essaient de trouver des alternatives.

Les clients sont rares. Les risques non. Par crainte du Covid-19, mais aussi par peur des policiers, la grande majorité des travailleurs et travailleuses du sexe (TDS) a arrêté toute activité de rue ou d’escort.

La suite de l’article d’Elodie Hervé est à lire sur Têtu

« La machine à expulser », webdocumentaire

Julie Chansel, Toutes nos autrices

Il y a aujourd’hui en France métropolitaine et en outre-mer 25 centres de rétention administrative (CRA) ; onze d’entre eux sont habilités à enfermer des familles et des enfants. Des dizaines de milliers de personnes y sont enfermées chaque année, en vue d’être expulsées du territoire. Leur seul délit est de ne pas avoir de papiers. Ces lieux de privation de liberté, de plus en plus sécurisés, échappent à notre regard.

Le webdocumentaire « La Machine à expulser », de Julie Chansel et Michaël Mitz, est à regarder juste ici !

Equateur : pour Rafael Correa, « sortir de la pauvreté protège la nature »

Julie Chansel, Toutes nos autrices
Le président équatorien Rafael Correa, à Quito, le 15 août. Dolores Ochoa/AD

En visite officielle en France les 6, 7 et 8 novembre, le président équatorien a affirmé que « la meilleure façon de protéger l’environnement est de lutter contre la pauvreté ».

L’article de Julie Chansel pour Le Monde est à lire juste ici !

Zéro pesticide, travail collaboratif, permaculture : le pari réussi d’un collectif de vignerons anonymes

Julie Chansel, Toutes nos autrices
Photos : Julie Chansel

Que cache ce « collectif anonyme » de vignerons ? Une joyeuse bande qui opère, depuis quelques années dans les Pyrénées-Orientales, une petite révolution dans le monde viticole français. Vignerons et vigneronnes adeptes du bio y expérimentent un mode de production alternatif, depuis la taille de la vigne jusqu’à la mise en bouteille. La philosophie de ce « collectif anonyme », soucieux de ne pas attirer l’attention sur le travail d’une seule et unique personne : utiliser le savoir-faire traditionnel, la permaculture, et leurs propres essais afin de produire des vins de qualité.

Pour Bastamag, Julie Chansel s’est penchée sur un collectif de vignerons « anonymes ». C’est à lire juste ici !

Dans un monde de couilles, aux femmes la charge sexuelle

Chantal Baoutelman, Toutes nos autrices
© Mariana JM

S’apprêter pour plaire, s’inquiéter du désir de l’autre, de son plaisir, gérer la contraception…, la liste est longue. À l’occasion de la sortie du livre La Charge sexuelle, coécrit par Clémentine Gallot, en librairie le 11 juin, des femmes en couple hétérosexuel témoignent de cette pression, vieille comme le patriarcat, mais méconnue.

Pour Causette, Chantal Baoutelman signe un article sur la charge sexuelle, à lire juste ici !

À voir à Gentilly : « On n’est pas des robots », une expo photo sur les travailleurs de la logistique

Chantal Baoutelman, Toutes nos autrices
Itinéraire avec Weheb, région orléanaise, 2018 © Hortense Soichet

Entre 2017 et 2019, les photographes Cécile Cuny, Hortense Soichet et Nathalie Mohadjer ont sillonné la France et l’Allemagne pour nous ouvrir les portes des entrepôts de logistique. Le résultat de ce travail au long cours est une expo instructive et humaniste, à découvrir jusqu’au 20 septembre à la Maison de la photographie Robert-Doisneau, à Gentilly (Val-de-Marne).

L’article de Chantal Baoutelman est à retrouver sur Causette, juste ici !

Pologne : le possible retrait de la Convention d’Istanbul menace les droits des femmes

Chantal Baoutelman, Toutes nos autrices
La marche des femmes polonaises le 24 juillet, à Varsovie © Daniel Grodziński/Grodziński Fotografia

Les milliers de Polonais·es descendu·es dans les rues le 24 juillet ont gagné la première manche : du temps pour une procédure en bonne et due forme. En effet, le Premier ministre Mateusz Morawiecki a réaffirmé, le 30 juillet, le possible retrait de la Pologne du traité d’Istanbul, texte garde-fou contre les violences faites aux femmes. Mais c’est au tribunal constitutionnel que revient désormais le dossier. Les militantes et les organisations pour les droits des femmes ne comptent pas en rester là.

L’article de Chantal Baoutelman est à lire sur le site web de Causette, juste ici !

Comment décide-t-on de retirer un enfant à ses parents?

Elsa Gambin, Toutes nos autrices
Les décisions prises ne le sont pas toujours dans l’intérêt de l’enfant. | Annie Spratt via Unsplash

En février, la mort de la petite Vanille, tuée par sa mère, a relancé un débat tabou: le maintien à tout prix du lien parent-enfant. Avec un inconnu de taille, la complexité des procédures de placement.

Pour Slate, Elsa Gambin signe un article sur la protection de l’enfance et ses difficultés. Son article est à lire ici.

« L’ADDICTION » AU PORNO N’EST PAS CE QUE VOUS CROYEZ

Elsa Gambin, Toutes nos autrices


Entre sites opaques anti-porn et discours éculés sur l’industrie pornographique comme seule coupable d’une déliquescence adolescente et donc sociétale, les clichés vont bon train. Or, le prétexte de l’addiction au porn cache non seulement une véritable méconnaissance du sujet mais également des idéologies liées à l’hétéronormativité et au virilisme.

Pour Le Tag Parfait, Elsa Gambin signe une enquête sur les coulisses de « l’addiction » à la pornographie. Son article est à lire ici.