Aller au contenu principal
Daria Marx prenant une photo

Crédit photo: Morgane Production

Daria Marx : ma vie en gros, un docu intime contre la grossophobie

Coécrit par Daria Marx elle-même, Stéphanie Chevrier et Marie-Christine Gambart, le documentaire Daria Marx : ma vie en gros retrace le parcours de cette activiste qui a grandement contribué à amener la question de la grossophobie dans le débat public français. Un portrait intimiste qui fait écho au vécu de nombreuses personnes qui subissent elles aussi des discriminations systémiques liées à leur poids sans être correctement écoutées ni considérées.

Une scène festive à La Mutinerie ouvre ce documentaire au son de « Hero » de Teleferik. Daria Marx, Eva Perez-Bello, Sophia et Crystal dansent sur un set de Vikken. Guillaume, assis au bar, les regarde en souriant. Un léger ralenti accentue la délicatesse de leurs mouvements et de leurs visages éclairés par la joie. En voix off, Daria met les choses au clair : « Je suis grosse pour de vrai. Ni ronde, ni voluptueuse, ni pulpeuse. Juste grosse. »

Ce film est le fruit de deux ans de travail, avec une pleine conscience de la part de l’activiste d’y exposer sa vie et en particulier ses proches. Le résultat est aussi intime que pudique, avec une juste distance, évitant le voyeurisme et politisant ces récits privés. Des passages légers le ponctuent, comme un chant dans le TGV vers Marseille, certaines plaisanteries pour rire de la grossophobie quotidienne, et les moments de complicité entre Daria et son chien, Merlin, jusqu’à la fin du film, où elle marche la nuit dans les rues de Paris au son de « Bombs & Rockets », de Teleferik toujours.

Un article publié sur Deuxième Page

D'autres publications
de Lucie Inland